Mulot B. Saperlipopette Magazine 11

Rencontre avec la créatrice de la marque Anachroniquement Chic // Mulot B.

Anachroniquement Chic // Mulot B. présente des pièces fortes qui oscillent entre pierres fines, mélanges de couleurs et équilibre des formes, et ce depuis 2009. Cette jolie marque de bijoux et accessoires est née tout droit de l’esprit de Marie-Anh, créatrice toulousaine. Marie-Anh crée avec passion, détail et minutie et articule toujours ses collections autour d’une influence. Les bijoux de la créatrice toulousaine charment par leur délicatesse et leur esprit poétique. Ils offrent une petite touche de douceur qui procure à la silhouette, une allure simple mais raffinée. Anachroniquement Chic // Mulot B. nous présente aujourd’hui sa nouvelle collection, qui est maintenant disponible sur le e-shop de la marque.

Mulot B. Saperlipopette Magazine 9

Pouvez-vous nous présenter la marque Mulot B. ?

Anachroniquement Chic – Une présence, un détail, un style qui s’élabore autour d’une influence – 4 collections de bijoux et accessoires pour 4 tendances, choisies au grès des inspirations. Un style de bijoux féminins et équilibrés, créés avec soin et en petites séries. Des objets uniques, délicats et intemporels, façonnés à la main dans mon laboratoire, un atelier au cœur de la ville rose, Toulouse, en France.

Qu’est-ce qui vous a poussée vers la création de bijoux ? Au cours de quel parcours sont nées toutes ces belles idées ?

J’ai étudié la bijouterie / l’orfèvrerie, et plus particulièrement l’expertise et la préservation des objets d’art. Après avoir travaillé pendant 3 ans et demi, dans le mécénat culturel, je me suis rendue compte que cette passion pour l’objet, et particulièrement pour le bijou ne me quittait pas. J’ai donc tenté une formation en création d’entreprise en parallèle de la création et le design de bijoux.

La marque Mulot B. est née de cette manière : l’envie de renouer avec le geste et la conception de l’objet. Et puis l’intégration d’une couveuse d’entreprise, une formation d’une année à  « la création d’entreprise », et beaucoup de réflexion pour mettre toutes les chances de mon côté ont été nécessaires afin de mettre en place toutes ces idées et les lier entre elles.

De quoi vous inspirez-vous, majoritairement, pour créer ?

Je pars toujours d’un thème ou d’une ambiance. Cela peut être historique, pictural ou littéraire. Je crée un moodboard sur Pinterest que j’agrémente d’images, d’inspirations, en constituant une sorte de catalogue qui renferme des formes/couleurs, de tout ce qui pourrait alimenter et déterminer plus en profondeur le thème choisi. Chaque collection – passée et à venir – possède son carnet d’inspiration (à découvrir sur Pinterest). À partir de là, j’essaye de trouver, au travers de la création de prototypes de bijoux, un autre langage en réinterprétant le thème.

Mes inspirations peuvent être partout – une silhouette, une dualité de couleurs, des impressions textiles, un thème, une ambiance ou des mots – ; tout est source de réflexion qu’il ne reste qu’à synthétiser autour d’un bijou.

Comment décririez-vous le style de vos créations ?

C’est difficile ! Je n’aime pas le terme « romantique » que je trouve un peu niais et dévoyé, mais qui revient beaucoup à travers les descriptions de mon travail. Une journaliste avait trouvé la jolie formule « anachroniquement chic » – Alwa Deluze pour ELLE – que je trouve parfaitement bien trouvé pour le style que je souhaite transmettre dans mon travail. Disons que la finesse et l’élégance restent le leitmotiv.

Quel rôle, selon vous, le bijou joue t-il dans une tenue ?

C’est un objet intéressant, qui ne connaît une évolution que très tardive contrairement à d’autres objets d’art qui ont connu de multiples visages au cours des siècles. Il faut attendre 1800, pour qu’apparaissent d’exubérantes parures et de nouvelles montures.

J’aime le caractère intime du bijou. Le fait qu’il soit d’une manière ou d’une autre, en contact avec notre peau. Cela lui confère quelque chose de vivant. Il est parfois tellement révélateur du caractère de celle qui le porte. Il y a celles qui se cachent derrière un bijou ou d’autres qui se montrent au travers. Le bijou est en sorte une carte de visite de la femme.

Pourriez-vous nous parler de vos nouvelles collections ?

Deux collections « capsules » sont disponibles : une « civile » et une « mariage ».

La première est issue d’une collaboration avec les peintures de la céramiste Atelier Halo, et s’articule autour du lien familial, et plus particulièrement du lien que tissent les femmes entre les générations et entre elles. Elles sont dépositaires d’une multitude de signes, de langages secrets et de traditions familiales qui leur sont propres – une sorte de vie secrète – . J’ai travaillé sur le symbole et la symbolique et sur la palette de couleurs autour des bijoux.

La seconde – mariage – est construite essentiellement autour de la perle et donc, de la finesse et de la lumière. L’or est aussi partie intégrante de la collection. Je voulais quelque chose d’élégant, « silencieux » et féminin, dans une palette allant de l’ivoire de la perle, en passant par les nuances de mauves qu’elle peut parfois revêtir, pour aller vers le gris. Le mot d’ordre est : la subtilité.

Un shooting a eu lieu, en studio, en collaboration avec le studio Huit – photographe – et Atelier 2 B – maison de robes de mariées – pour « imager » cette ambiance et rendre toute la délicatesse de l’ensemble.

Retrouvez les créations de la marque sur son e-shop et sur Facebook.

Mulot B. Saperlipopette Magazine 10

Mulot B. Saperlipopette Magazine 12

Mulot B. Saperlipopette Magazine 2

Mulot B. Saperlipopette Magazine 1

Mulot B. Saperlipopette Magazine 16

Crédits Photos :

Collection Ostal . [usˈtal] : Mulot B. © Photographe : David&Myrtille
Collection Pearl / Mariage © Mulot B. / Photographie Studio Huit

Écrit par Marine Boissard