Cécile Pic Saperlipopette Magazine 5

Les bijoux romantiques de Cécile Pic

Cécile Pic est la créatrice de la marque de bijoux éponyme, aux allures romantiques. La jeune créatrice présente des collections jouant sur le contraste et manie à la perfection cette ambivalence. Ses bijoux délicats sont travaillés autour du métal afin de leur conférer un aspect brut et allient simplicité et pureté des lignes, créant un paradoxe qui rend chaque création, unique. Les bijoux de Cécile Pic séduisent par leur élégance et leur esprit romantique. Rencontre avec la créatrice qui nous présente ses délicieuses créations.

Cécile Pic Saperlipopette Magazine 1

Cécile, tu es créatrice de bijoux et tu t’es lancée dans la création en tant qu’autodidacte. Pourrais-tu nous raconter l’histoire de ta marque de bijoux Cécile Pic ?

J’ai un parcours d’autodidacte effectivement. Après des étapes formatrices à Barcelone et à Paris, j’ai décidé de faire ce que j’aimais près de ma famille à Toulouse. Je voulais vivre autrement. J’avais ce besoin irrépressible de liberté allié à cette envie de créer. C’est ainsi que l’histoire de la marque à débutée. La suite s’est faite pas à pas et grâce au soutien de mes premiers clients et distributeurs qui sont toujours là.

Qu’est-ce qui t’a poussée à te lancer dans la création de bijoux ?

Le bijou s’est imposé assez naturellement. Il est magnétique. C’est un objet chargé d’affect et de symbolisme. Ce sont des lignes, des couleurs, des matières qui peuvent se décliner à l’infini. Et finalement la technique au départ n’est pas le plus important. Et j’ai eu l’occasion de faire une collection de bijoux pour le Comptoir des cotonniers. A ce moment là, la confiance que l’on m’avait accordée, m’a encouragée à lancer ma propre histoire.

Cécile Pic Saperlipopette Magazine 2

Quel a été ton parcours avant de lancer ta marque ?

J’ai choisi des études de kinésithérapie après mon Bac. Un métier passionnant qui malgré les doutes, j’ai fini par abandonner. Je savais que ce n’était pas ce qui me rendrait heureuse. J’ai alors repris des études de commerce la journée et des cours du soir aux beaux arts. Puis j’ai choisi Barcelone comme on choisit un plan de carrière. C’est une ville incroyable, débordante de créativité. C’est là bas que j’ai créé mes premières lignes et trouvé mon premier point de vente. Je suis ensuite partie à Paris travailler en tant qu’assistante bijoux pour un créateur – Les prairies de Paris – . J’y ai acquis outre les techniques, la certitude que le bijou serait l’objet de mon travail, de mes réflexions et inspirations.

Comment décrirais-tu le style de ta marque Cécile Pic ?

Ce sont des bijoux romantiques, féminins, délicats, précieux et bruts, paradoxalement.

Tu fabriques toi-même tes créations. Pourrais-tu nous expliquer de quelle manière tu travailles afin de créer ces superbes bijoux ?

J’ai enfin un véritable atelier à la maison depuis quelques mois et ça me change la vie. Je travaille seule et j’adore ça. Le matin je m’occupe des mails, des envois et de la marque en général. L’après-midi, je produis. Je m’occupe des commandes en priorité et dès que j’ai un peu de temps, je crée de nouveaux modèles. Mais c’est de plus en plus difficile de trouver du temps.

Cécile Pic Saperlipopette Magazine 3

De quoi t’inspires-tu majoritairement pour réaliser une collection ?

Je suis très attirée par les bijoux antiques et les bijoux ethniques. On voit vraiment la main de l’homme sur ces bijoux toujours assez bruts. Ils avaient des pouvoirs prophylactiques, permettaient d’invoquer la puissance, la force, d’afficher son statut social ou ses croyances religieuses. Tout ceci est très inspirant. Il y à aussi la nature et les lignes organiques que l’on essaye de recréer. Et la haute joaillerie qui m’impressionne.

Quels sont les matériaux que tu aimes le plus manipuler ?

J’adore travailler le métal. C’est une matière brute et tellement sensuelle. On pourrait le comparer à un diamant brut. Mon alliage fétiche est le laiton. Je peux le laisser juste poli ou le faire plaquer or pour le rendre plus précieux.

Tu privilégies les petites collections. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Il y a deux raisons à cela. Seule, je ne peux pas produire en grande quantité et puis la création me demande aussi beaucoup de temps. Mais j’aime cette contrainte, j’ai vraiment l’impression de travailler pour quelqu’un en particulier à chaque fois. Je veux que mon entreprise reste une entreprise artisanale.

Cécile Pic Saperlipopette Magazine 4

Tu as vécu à Barcelone. Est-ce que le fait de vivre à l’étranger a exercé une influence sur ta vision créative ?

Je crois surtout que c’est la ville de Barcelone elle-même qui m’a influencée au delà du concept de l’étranger. Elle déborde d’énergie créative. C’est de cette énergie dont j’avais besoin à ce moment là pour me dire que je pouvais créer tout ce que je désirais et que ce désir pouvait être intarissable.

As-tu des projets en cours ?

Continuer…

 

Propos recueillis par Marine Boissard

Crédits photos : Frantz Boris